Vous êtes ici : Accueil > Citoyen > Environnement > Espèces exotiques envahissantes (EEE) > Renouée du Japon

Renouée du Japon

(Reynoutria japonica)

Une championne de l’envahissement
Cette plante originaire d’Asie a été introduite au Québec au début du XXe siècle. On la retrouve près des plans d’eau, des milieux humides, sur le bord des fossés et des routes. La renouée du Japon possède des tiges creuses, très similaires au bambou. Elle peut avoir une hauteur de 1 à 3 mètres. Au mois de juillet et août, elle produit de nombreuses petites fleurs blanches, disposées en grappes à la base des feuilles. Les rhizomes, quant à eux, peuvent s’enfouir jusqu’à 2 mètres dans le sol et jusqu’à 7 mètres autour du plant.

Lorsque la renouée du Japon envahit un milieu, elle y forme de grandes colonies très denses. Elle empêche les autres végétaux de pousser à proximité en sécrétant une phytotoxine dans le sol.

Source des photographies : MDDELCC Réseau Sentinelle

Les moyens pour la contrôler
Selon l’Union Mondiale pour la nature (UICN), la renouée du Japon serait une des 100 pires espèces envahissantes de la planète. Il est très difficile, voire impossible de l’éradiquer. Il est possible cependant de contrôler son envahissement.

Pour les petites colonies (seulement quelques plants)

  • Petits spécimens (moins de 2 mètres de hauteur) : creuser un mètre de profondeur dans un rayon de deux mètres autour de chaque plant, afin d’enlever toutes les racines.
  • Spécimen de plus de 2 mètres de hauteur : creuser un mètre de profondeur dans un rayon de cinq mètres autour de chaque plant, afin d’enlever toutes les racines.
  • Remettez de la nouvelle matière de remplissage dans le trou formé et ensemencer ou planter immédiatement des espèces indigènes.

Pour les grandes colonies (plusieurs centaines de plants)

  • Couper les tiges de plus d’un mètre, deux fois par mois durant la saison de croissance (mai à octobre), afin d’affaiblir la plante;
  • Dans les cas extrêmes, vous pouvez procéder au retrait mécanique des plantes en ayant recours à de la machinerie;
  • Ensemencer les sols perturbés à l’aide d’espèces indigènes.

Très important, les débris de renouée doivent être mis dans des sacs hermétiques et envoyés dans un site d’enfouissement, car un seul petit fragment de la plante suffit à régénérer une nouvelle pousse.

Pour en apprendre davantage, vous pouvez consulter les sites Internet suivants :

La fiche de la renouée du Japon de la ville de Sherbrooke

Le carnet horticole et botanique de l’Espace pour la vie, Maladies, ravageurs et plantes indésirables

Le dépliant sur la renouée du Japon, réalisé par Nature Action Québec